Misa Por Un Continente - Choeur Nueva Alborada

Choeur Nueva Alborada

Bienvenue sur le site officiel

Misa Por Un Continente

 

INTROIT

Cette messe doit parvenir à toutes les mains, à tous les yeux, à toutes les oreilles. Musique et parole s’unissent dans la clameur la plus passionnée, la protestation la plus profonde et le témoignage le plus dur sur la réalité des peuples qui luttent pour un monde meilleur. Au long de cette messe, on passe de la tendresse à l’éclair, du cri au murmure, dans la palpitation d’une musique que son écho antique ne rend pas moins moderne et dont les accents populaires sont uniques.

La forêt, en entendant cette messe, se change en cathédrale, les volcans en grands prêtres, le soleil en hostie sainte, et par leurs orgues de flûtes de cristal, les cataractes répètent le chant d’oiseaux merveilleux, de forêts impénétrables, de fleuves mystérieux et turbulents. C’est de tout cet univers magique que surgit cette messe qui recueille, en plus de cet enchantement de la nature, la douleur d’un monde en qui se joueront, et sont en train de jouer déjà, les destins de l’homme de notre Amérique.

Miguel Angel Asturias – Prix Nobel de littérature en 1967.

 

LA CREATION DE L’OEUVRE en 1973 :

Textes de Ruben BAREIRO-SEGUIER

Musique de Francisco MARIN

Harmonisation de Julien FALK

Direction musicale François NATUREL avec l’ensemble vocal « ALBORADA »

Soliste : Virgilio ROJAS

                

Les GUARANIS de Francisco MARIN :

 

-1ère guitare et 1ère voix : Virgilio ROJAS

-2ème guitare et 2ème voix : Francisco MARIN

-Harpe paraguayenne : Ramón ROMERO

-Marimba : Luis CASASCO

-Percussions : Florence MARIN

 

Artistes invités :

-Kéna : André CAUCHE

-Contrebasse : Ricardo GALIAZZI

-Guitare solo (Sanctus) : Raúl MALDONADO

 

Inspirés par la théologie de la libération  et au vu de la situation géopolitique de l’époque en Amérique latine (les dictateurs Pinochet, Stroessner, Videla… sont en place), Ruben Bareiro Saguier et Francisco Marin écrivent la MISA POR UN CONTINENTE. La création aura lieu en 1972 à l’église Saint-Roch à Paris, sous le parrainage de « La Vie Catholique »et en présence du prix Nobel de littérature Miguel Angel Asturias, avec l’ensemble vocal ALBORADA et LES GUARANIS DE FRANCISCO MARIN. Ce groupe, composé essentiellement d’artistes paraguayens, a été le pionnier de la musique sud-américaine en France et en Europe. Combattants des causes justes, cette création a été pour eux une consécration. Des lieux aussi divers que Notre Dame des Blancs-Manteaux, Notre Dame de Paris, la Basilique Saint-Denis, l’Abbaye de Boquen (22), Palau de la Musica de Barcelone… , les ont accueillis. La MISA POR UN CONTINENTE, projet novateur, a déclenché à cette époque un grand engouement et ranimé l’espoir de la communauté latino-américaine d’ici et de là-bas. A contrario, la réaction du dictateur paraguayen Alfredo Stroessner a conduit Ruben Bareiro Saguier dans ses geôles condamnant de fait Francisco Marin et Virgilio Rojas à un long exil.

Une longue histoire d’amitié humaine et musicale unit les GUARANIS DE FRANCISCO MARIN et CUERDA Y VOZ qui se sent investi de cet héritage culturel et musical.

 

LES MORCEAUX :

 

KYRIE : rythme de Vidala du Nord de l’Argentine, issu d’une fusion entre la culture hispanique et amérindienne.

CREDO : rythmes de Chacarera et Zamba argentine en alternance qui proviennent de la province de Santiago Del Estero et de Tucuman.

AGNUS DEI : la Guarania est une forme musicale originaire du Paraguay, inventée par le Maestro José Asunción Flores.

SANCTUS : la Guajira est un des rythmes les plus populaires de Cuba, d’influence afro-hispanique.

GLORIA : Polka paraguayenne ; ce rythme apparaît au 19ème siècle. Madame Lynch, la femme du président de la République de l’époque, étant d’origine irlandaise, souhaitait ardemment danser la Polka au cours des bals de la présidence. Suite à ses demandes, les musiciens autochtones ont recréé cette danse européenne en lui donnant les accents et les syncopes typiquement paraguayens.

 

Sanctus par Cuerda Y Voz et le Choeur Nueva Alborada :

 

 

Paroles et traduction